« Previous - Version 12/22 (diff) - Next » - Current version
Severine Gedzelman, 02/02/2017 01:18 pm


Projet de Chloé Gaboriaux : "Reconnaissance d'Utilité Publique" (RUP)

Sur quoi : "Dossiers de reconnaissance d'utilité publique"
Quelle période : 1872 à 1914

Sources :
  • Archives au Conseil d'Etat, voir dépouillement
  • Répertoire des oeuvres
Questions de recherche :
  1. Comment expliquer l'acceptation et le refus de la reconnaissance d'utilité publique au-delà des motifs avancés et peut-on constater une évolution au cours de la période étudiée :
    • rôle du rapporteur du dossier (systématiquement indiqué dans la base),
    • liens avec les représentants des associations (lacunaires dans la base)
    • et rapport aux objets affichés par les associations (largement documentés dans la base), leur base financière (indiquée mais de façon très / trop hétéroclite), leur localisation géographique (systématiquement indiquée) ?
  1. Quel panorama les objets donnent-ils des associations candidates ? J'aimerais aussi travailler sur les corrections apportées par les rapporteurs aux objets affichés par les associations dans leurs statuts mais je n'ai pas su comment l'indiquer dans la base (entrer la nouvelle formulation des objets proposée par le rapporteur ou seulement les mots raturés / ajoutés ?).

Biblio

Voir les publications (recommandées pour l'agrégation en 2006) dont celles-ci :
  • Bonnie H. ERICKSON, “Social Networks and History. A Review Essay”, Historical Methods, Summer 1997, vol. 30, n° 3, p. 149-157. (reste l’introduction la plus courte et la plus pédagogique que je connaisse à l’analyse de réseaux et à quelques travaux historiques l’utilisant)
  • Claire LEMERCIER, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52-2, avril-juin 2005, p. 88-112. (petite explication de la méthode fondée sur un exemple simple, puis survey très généraliste)
  • Karen V. HANSEN and Cameron L. MACDONALD, “Surveying the Dead Informant: Quantitative Analysis and Historical Interpretation”, Qualitative Sociology, 18, 1995, p. 227-236. (article pas spécifiquement “réseaux” mais très intéressant sur le rapport quali-quanti)
  • Vincent GOURDON, Scarlett BEAUVALET et François-Joseph RUGGIU (dir.), Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, Paris, Presses de l’Université de ParisSorbonne, 2004.
  • En particulier Claire DOLAN, « Actes notariés, micro-analyse et histoire sociale : réflexions sur une méthodologie et une pratique », p. 139-151 (belle réflexion de méthode ancrée dans la pratique chez Claire Dolan ; plus globalement constat mitigé sur les apports et surtout les limites de la source
  • Voir aussi pour sa réflexion sur le caractère conscient ou non des « stratégies en réseau » l’article de Robert DESCIMON, « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris et le contrôle du corps municipal dans le deuxième quart du XVIe siècle», p. 87-108)

D'après le billet de Claire Lemercier (sur le blog "Réseaux et Histoire") à propos de la saisie des données de réseaux avec un simple tableur (Calc, Excel...).

Voici une recommandation parmi d'autres :

En particulier, il faut absolument essayer d’inclure un maximum de colonnes qui qualifient le lien, afin de pouvoir lors de l’interprétation varier les définitions du lien considérées (agréger différents types de liens ou au contraire les séparer). Le principal problème actuel des analyses de réseaux en histoire, c’est que trop souvent elles mettent dans un gros paquet étiqueté « liens » des choses extrêmement hétérogènes en termes de nature, d’intensité, de durée, etc. L’antidote à cela, c’est de qualifier très précisément chaque lien lors de la saisie. Cela ne veut pas dire seulement marquer « amitié » ou « famille » ou « commerce » de façon très standardisée (même si c’est déjà mieux que « lien » tout court !).
  • Claire LEMERCIER : Réseaux et groupes d’influence – bilan historiographique. Texte à paraître dans L’histoire politique en renouveau, ouvrage issu du séminaire régulier du Ce.. 2010. <halshs-00522888v2>, en ligne

Analyse de réseaux

L'enjeu serait de montrer qui est prioritairement sollicité à partir de quelle inter-connaissance (institutionnelle, amicale, familiale).

Analyse de réseau v1 (Graphe_v1_CGaboriaux.zip) contient une légende, un fichier au format "graphemlz" et les données en "csv" de départ.

Analyse de réseau v2 (Graphe_v2_CGaboriaux.zip) contient une légende, un fichier au format "graphemlz".

  • En jaune, les associations et fondations recommandées, accompagnée de l’année de dépôt du dossier et d’un « (2) » s’il s’agit de la deuxième demande.
  • En mauve, les membres du Conseil d’État ou avocats au Conseil d’État
  • En vert, toute personne (solliciteur ou sollicité) n’appartenant pas au Conseil d’État
  • En orange, les flèches partant des solliciteurs pour aller aux sollicités.
  • En gris, les flèches partant des solliciteurs pour aller aux associations et fondations qu’ils recommandent.
Les formules d’adresse figurent de façon abrégée à côté du lien qu’elles caractérisent :
Abréviation Formules d’adresse
Monsieur Monsieur, Monsieur le rapporteur, Monsieur le Maître des requêtes, Monsieur le Conseiller, etc.
Cher/chères  Cher Monsieur, Cher collègue, Cher Président, chère Madame, etc.
Mon cher  Mon cher Monsieur, Mon cher collègue, Mon cher Georges
Ami Cher ami, Mon bon ami, Mon cher ami, Mon cher ancien collègue et ami
Camarade Monsieur le Président et cher camarade
Cousin Mon cher cousin

Analyse de texte

Extraitdesdonnées_cgaboriaux.xlsx (42.9 kB) Severine Gedzelman, 02/02/2017 10:37 am

Graphe_v1_CGaboriaux.zip (69.5 kB) Severine Gedzelman, 02/02/2017 11:59 am

Graphe_v2_CGaboriaux.zip (87.4 kB) Severine Gedzelman, 02/02/2017 11:59 am

cgaboriaux_grapheV2.jpg (840.9 kB) Severine Gedzelman, 02/02/2017 11:59 am